Dorfzeichen

De DHIALSACE
Aller à : navigation, rechercher

Marque du village

Emblème propre à un village, utilisé pour marquer les propriétés de la communauté et notamment les pierres bornes délimitant le finage. Même si aucun exemple n’a encore été signalé en Alsace, il semblerait qu’ils aient également servi lors des coupes de bois et pour identifier les bêtes à cornes envoyés dans les pâturages communs. Sur l’une des cornes était alors apposé le Dorfzeichen, sur l’autre le Hofzeichen du propriétaire.

Les Dorfzeichen ont été peu étudiés. Louis Schoenhaupt, dans son Wappenbuch (1900), représente un grand nombre de bornes avec des Dorfzeichen. Malheureusement quelques interprétations sont entachées d’erreurs flagrantes, et surtout il ne cite aucune source. Plus récemment, au travers de l’inventaire des petits monuments ruraux d’Alsace, initié depuis 1979 par la Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace, un important corpus de marques de village a pu être constitué. Cependant cet inventaire ne couvre pas toutes les communes de l’Alsace et, force est de le constater, les bornes les plus anciennes et les plus intéressantes ont souvent disparu.

L’usage des Dorfzeichen s’est perpétué essentiellement au travers de leur représentation sur les bornes marquant les limites des bans communaux. Ils sont également consignés dans les procès-verbaux d’abornement dans lesquels il est fait clairement distinction d’avec la représentation d’armoiries (Wappen, Schild). Ainsi sur la borne tribanale qui marque la jonction des bans de Dorlisheim, Rosheim et Rosenwiller figuraient les marques des trois communes : … mit der Statt Straßbùrg Wappen [pour Dorlisheim] … der Statt Roosheim Schild … das Dorff Roßenweiller Dorffzeichen, so ein Andresen Kreùtz ist….

Les marques de village sont généralement formées de représentations d’objets de la vie quotidienne, d’animaux ou de tracés géométriques évoquant l’identité d’un village. Ces figures devaient être facilement identifiables et reproductibles.

Les ustensiles de la vie quotidienne prédominent. Le fer à cheval, emblème incontestable de l’activité agricole, est apparemment l’objet le plus fréquemment représenté (Balbronn, Irmstett, Rossfeld, Zimmersheim, etc.). La pelle (Friesen, Herbsheim, Kembs) et la charrue, der Pflugschlitten, (Osthoffen) font également référence à cette activité. Les communes riveraines de cours d’eau ont souvent pris comme marque un poisson (Illhaeusern), évoquant la pêche, une gaffe de flotteur (Dinsheim) ou de batelier (Ernolsheim-sur-Bruche). Parmi les figures géométriques, la croix, dans ses formes les plus courantes (latine, grecque, de Saint-André, etc.) domine nettement. L’anneau, avec quelques variantes et ajouts distinctifs (ergots, partition verticale ou horizontale), est également très fréquent.

A Bergbieten, Hattmatt, c’est le grill, emblème du saint patron de la paroisse, saint Laurent, qui a servi de marque pour le village.

A défaut d’un inventaire exhaustif qui reste à faire, mentionnons encore quelques familles de symboles parmi les plus fréquents : les triangles (Bergholtz), étoiles (Hindisheim), roues de moulin (Schirrhein), serpettes de vigneron (Offwiller), clés (Richtolsheim), Wolfsangel, crochets ou pièges à loup (Wolxheim, Rimsdorf), etc.

Plus singuliers sont les Dorfzeichen de Kolbsheim (Mistelkolben, le fouloir à raisins), de Duttlenheim (lunettes), Weyersheim, dit zum hohen Turm (tour de l’église).

L’usage de marques tirées du monde animal est plus rare. Quelques villages ont adopté la patte d’oie (Dahlenheim, Sermersheim). La représentation d’un animal entier, un mouton, est constatée à Furdenheim :ein bannstein erkand worden, oben mit einem kreütz, so dann gegen dem Fürdenheimer bann mit einem Lam, als des dorffs Fürdenheim zeichen. A la manière des armes parlantes, Ebersheim marquait ses bornes d’un sanglier.

Enfin, à défaut d‘une figure particulière, certaines communautés ont simplement utilisé les initiales du nom du village. A Allenwiller, les lettres AW, pour AllenWiller, ont été reconnues comme telles : ... einen Bannstein stetzen ùndt den selben einer seit mit dem Abbtstab gegen Sahlenthal ùndt anderseith gegen Allenweÿller mit dem Dorff zeichen A und W...

La fréquence élevée de similitudes entre marques fait que leur portée discriminante ne dépassait probablement que rarement les limites du finage.

Sources - Bibliographie

ABR H 653 (1755) ; AMS VI 202/5 (1746), AMS VI 104/26 (1746-47).

DRW, sous Dorfzeichen, col. 1072-1073

Inventaire des petits moments ruraux d’Alsace, organisé par Fédération des Sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace.

BAQUOL (Jacques), RISTELHUBER (Paul), Dictionnaire du Haut et du Bas-Rhin, Strasbourg, 3e éd., 1865.

SCHOENHAUPT (Ludwig), Wappenbuch der Gemeinden des Elsass, Strasbourg, 1900.

MOSER (Raymond), « Soultz-les-Bains : fortifications et espaces villageois du 14e au 19e siècle », ASHAME, 1999, p. 139-158.

MOSER (Raymond), Soultz-les-Bains, Sulzbad : ou les bains de Soultz (Bas-Rhin) : 5 siècles d’activité balnéaire : 1468 – 2001, Strasbourg, 2001.

Notices connexes

Borne

Hofzeichen

Jean-Marie Holderbach