Dorfbuch

De DHIALSACE
Aller à : navigation, rechercher

Dorfgerichtbuch, livre du village, registre de la communauté

Sans qu’il soit possible de dater avec précision son apparition, le Dorfbuch, non généralisé et non obligatoire, mais à caractère quasi officiel, couvre un champ chronologique plus ou moins étendu : si celui de Soultz-les-Bains se limite au XVIe siècle (1503-1593), celui de Meistratzheim se prolonge jusqu’à la Révolution (1555-1788), l’un et l’autre couvrant les périodes de forte vitalité communautaire.

S’en dégage une foule d’informations, qui, pour être présentées dans le désordre, ne correspondent pas moins à trois orientations principales :

1. L’administration communale est présente sous forme de règlements villageois (Ordnungen), d’arrêtés (Beschlüsse) et d’interdits (Verbote) émanant des autorités seigneuriales ou, par délégation, municipales. Ils rappellent la composition du Gericht, renouvelé annuellement (Gerichtssatz) et les attributions du personnel communal (celles du boulanger communal, des Weinsticher, des Fleisch- et Brotschauer). La réglementation des usages agraires (Bannordnungen), sous le contrôle du Bannwart – droits à la forêt et au pâturage communs, litiges de voirie et de bornage – relève du Dorfbuch qu’on ne confondra pas avec le Bannbuch (terrier) dont l’objet se résume à l’identification des terres du finage avec leurs propriétaires et leurs exploitants. Le budget communal, parfois présenté sous une forme très rudimentaire, indique les recettes et les dépenses – Bethkorn, Bannkorn, Fruchtzehend – de la communauté, avec, en arrière-plan, le rappel des années de mauvaise récolte (Missernte), à la suite soit du passage des armées (en 1592 par exemple), soit du déchaînement des éléments (1666, 1691, etc.).

2. Mais, du fait de la distinction fort imprécise entre « paroisse » et « communauté », le Dorfbuch peut avoir servi, surtout à ses débuts, de registre de l’église paroissiale, si l’on en croit le fréquent mélange entre rubriques de nature religieuse et de nature profane : extraits du Salbuch, colligende des revenus de la fabrique de l’église, ou du Heiligenszinsbuch, registre des services rendus à la paroisse (gages du sacristain, achat d’une nouvelle cloche, frais d’entretien du clocher).

3. Le classement archivistique, forcément aléatoire, dont a été victime le Dorfbuch, s’explique en partie par cette ambiguïté et par l’aspect fourre-tout de ce genre de document. Il faudra attendre la Révolution pour assister à la séparation définitive du profane et du sacré ainsi qu’à une rationalisation, sous la forme d’une présentation, régulière et normalisée, des actes de l’administration municipale.

Sources - Bibliographie

ABR 8 E 286/1 : Dorfbuch de Meistratzheim (1555-1788), registre ms. relié, 285 folios.

MOSER (Raymond) « Soultz-les-Bains : leDorfbuch du XVIe siècle (1503-1593) », Ann. SHAME, 2002, p. 21-30.

Notices connexes

Assemblée de communauté/Gemeindeversammlung

Communauté rurale/Dorfgemeinde

Dorfgericht

Dorfordnung

Paroisse

Jean-Michel Boehler