Autriche antérieure

De DHIALSACE
Aller à : navigation, rechercher

Vorlande, Vorder-Österreich

Désignées sous le nom de Vorlande (XVe siècle) ou de Vorderösterreich (fin XVIe siècle), les terres des Habsbourg situées à l’ouest de l’Arlberg sont reconnues comme une entité lors de partages familiaux de 1379 (entre Albert III et Léopold III), puis de 1407/1411. Elles échoient à des branches cadettes de la Maison d’Autriche entre 1426 et 1490 (ducs Frédéric IV et Sigismond) puis entre 1564 et 1648 (archiduc Ferdinand II et successeurs). Leur noyau est constitué par le patrimoine originel de la famille : l’Argovie, occupée par les Confédérés suisses à partir de 1415 et la Haute-Alsace, complétée par le comté de Ferrette suite au mariage d’Albert II et de Jeanne de Ferrette en 1324, d’une partie de l’héritage des comtes de Montbéliard autour de Belfort (1375) et, par des acquisitions sur la rive droite du Rhin, notamment Fribourg et Brisach.

Au XVe siècle, l’ensemble est administré par le bailli de Haute-Alsace et Sundgau (Landvogt im Ober Elsass und Sundgau) établi à Ensisheim. Le Landgericht, à l’origine une institution faisant partie des fonctions de Landgrave exercées par les Habsbourg, se confond avec le Hofgericht domanial dans le deuxième quart du siècle, et prend l’allure d’un parlement sous la domination du duc de Bourgogne (1469-1474) : dès lors, ce conseil formé d’une dizaine de gentilshommes et de juristes astreints à résidence et rémunérés par le prince devient une institution permanente, accompagnée par des services administratifs (un landschreiber bientôt nommé chancelier, des secrétaires, des messagers, etc.). Sous le règne de Maximilien Ier (1490-1519), de Charles Quint (1519-1556) et de Ferdinand Ier (Landesfürst en 1521, empereur en 1556-1565), ces organes sont appelés Régence (Regiment, Regierung) et s’installent dans le bâtiment construit à leur intention en 1536.

La création d’une Maîtrise des Forêts (1556), puis l’établissement d’une Chambre (Kammer) chargée de la gestion des domaines et des affaires financières (1570), l’établissement d’une monnaie à Ensisheim (1582) parachèvent cette province administrée de près mais dirigée de loin, le prince étant généralement à Innsbruck ou à Vienne. Inaugurée par l’ordonnance minière de 1517, la législation provinciale a cours dans l’ensemble des Vorlande.

La mise en place des structures communes va de pair avec l’apparition des états provinciaux (Landstände 1433), d’abord sur la rive alsacienne, puis sous une forme plus large, réunissant les prélats des territoires autrichiens (à partir de 1460), les vassaux des Habsbourg (ritterschaft und adel) et les communautés du pays (landschaft), villes dotées de privilèges et seigneuries ou bailliages du plat pays. Nombreuses et régulières, les diètes (tage) négocient le montant de l’impôt et des contributions de guerre, mais interviennent aussi dans d’autres affaires politiques, en fondant une jurisprudence et en se dotant d’une commission permanente (ausschuss). Elles prendront fin lors de la déclaration royale de 1662 substituant des impositions régulières aux subsides pléthoriques négociés par les états, mais l’intendance et le Conseil souverain d’Alsace (1657) assureront la permanence du système autrichien.

Dans leur extension la plus large, les pays antérieurs comprennent le Vorarlberg, des seigneuries éparses en haute Souabe et en Forêt-Noire (Villingen, Braunlingen), des possessions très diverses sur la route du Gothard (Lucerne est autrichienne de 1290 à 1332) ou sur le plateau suisse, de nombreux droits d’avouerie (Einsiedeln, Sank Blasien, Lure). Dans leur acception la plus courante, ils se réduisent aux « cinq pays » du Rhin supérieur : Haute-Alsace (Ensisheim, bailliage de Landser, définis dans le terrier général de 1303, le Val de Villé étant virtuellement inclus, tout comme la seigneurie du Haut-Landsbourg, mais généralement hypothéqués ou inféodés), Comté de Ferrette (avec, par extension, la seigneurie de Belfort), Brisgau, Forêt-Noire et les quatre villes forestières du Rhin (Vier Rhein-und Waldstädten) de Rheinfelden, Säckingen, Waldshut et Lauffenburg. Le Traité de Munster (24 octobre 1648) rend compte d’une partition déjà ancienne entre les deux rives du fleuve, l’ensemble Alsace-Sundgau ayant déjà été isolé à plusieurs reprises (comme douaire de la duchesse Catherine de Bourgogne en 1411-1426, sous la domination bourguignonne de 1469-1474 ou dans le cadre des plans de défense autrichiens), Brisach servant de tête de pont dans différentes configurations. L’administration autrichienne établie à Fribourg (à partir de 1697) reste en place jusqu’en 1806, de même que les états provinciaux réduits à la rive droite.

 

Bibliographie

STOLZ (Otto), Geschichtliche Beschreibung der ober-und vorderösterreichischen Lande, Karlsruhe, 1943.

METZ (Friedrich), (dir.), Vorderösterreich. Eine geschichtliche Landeskunde, Fribourg/Br., 1967 (rééd. de 1958).

PRESS (Volker) (Direction), Vorderösterreich in der früheren Neuzeit, Sigmaringen, 1990.

BEEMELMANS (Wilhelm), « Urkunden zur Geschichte der vorderösterreichischen Behörden in Ensisheim », Bull. SCMHA, t. 23 (1911), p. 438-524.

BEEMELMANS (Wilhelm), « Die Organisation der vorderösterreichischen Behörden in Ensisheim im 16.Jhdt », ZGO, NF 22 (1907), p. 52-92 et 626-656 et 23 (1908), p. 195-200.

BAIER (Hermann), « Die Registratur des Ensisheimer Regiments und das Archiv der vorderösterreichischen Regierung », Archiv Zeitung, 1931, p. 54-63.

OBERLE (Raymond), La République de Mulhouse pendant la Guerre de Trente ans, Strasbourg, 1960.

BISCHOFF (Georges)Gouvernés et gouvernants en Haute-Alsace à l’époque autrichienne. Les états des pays antérieurs des origines au milieu du XVIe siècle, Strasbourg, 1982.

BISCHOFF (Georges)Institutions judiciaires et centralisation en Haute-Alsace pendant la domination bourguignonne (1469-1474), publication du Centre européen d’Etudes bourguignonnes (XIVe-XVIe s.), Bruxelles, n°30, 1990, p. 37-48.

WESTERMANN (Angelika), Entwicklungsprobleme der Vorderösterreichischen Montanwirtschaft im 16. 'Jahrhundert, Heidelberg, 1993.

 

Notices connexes

Abschied

Assises provinciales

Chambre

Chevalerie (noblesse)

Diète

Engagement

Etats provinciaux

Landgraviat

Landschaft

Monnaie

Maîtrise des Forêts

Mines

Montre d’armes

Plans de défense

Prélat

Recès

Régence

Georges Bischoff