Florin : Différence entre versions

De DHIALSACE
Aller à : navigation, rechercher
(Page créée avec « <p class="mw-parser-output" style="text-align: justify;">Terme désignant à la fois une pièce d’or, une grosse pièce d’argent de même valeur lors de sa création e... »)
 
m (correction du style)
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
<p class="mw-parser-output" style="text-align: justify;">Terme désignant à la fois une pièce d’or, une grosse pièce d’argent de même valeur lors de sa création et une unité de compte (le règlement monétaire de 1559 évaluait le florin d’Empire (''Reichsguldiner'') à 60 ''Kreuzer'') :</p> <p class="mw-parser-output" style="text-align: justify;">1. Pièce d’or (en allemand ''Gulden'', en latin ''aureus nummus''). Ce type était une imitation d’une monnaie de Florence (''fiorino''), frappée à partir du milieu du XIII<sup>e</sup> siècle, portant à l’avers une fleur de lys, [[Armoiries|armoirie ]]parlante de la ville et, au revers, Jean-Baptiste, son saint patron. Elle pesait alors théoriquement 3,537 g. Dans l’Empire, elle prit le nom de ''Gulden'', déformation de ''goldener Pfennig'' (littéralement : sou d’or). Elle était d’abord évaluée à 60, puis à 72 ''Kreuzer''.</p> <p class="mw-parser-output" style="text-align: justify;">La qualité de ces espèces connut une altération jusqu’à ce que, vers 1550, elles ne contiennent plus que 1,48 g d’or fin. À cette époque, elles étaient concurrencées par un type nouveau, le [[Ducat|ducat]], dont les caractéristiques étaient proches de celles du florin à l’origine. Après la création d’un florin d’argent en 1559, le florin d’or prit, dans l’Empire, le nom de ''Goldgulden''. En 1508, Maximilien autorisa la ville de Strasbourg à en frapper au titre de 18 ½ carats (770,83 °/°°), taillés sur la base de 107&nbsp;pour 1 ½ marc de Cologne (3,278 g). Le [[landgraviat]], et les Hanau-Lichtenberg en mirent également en circulation.</p> <p class="mw-parser-output" style="text-align: justify;">2. Pièce d’argent, de même valeur de compte que le ''Gulden'' d’or, désignée sous le nom de ''Guldengroschen'' ou ''Thaler''. L’ordonnance monétaire de 1551 l’évaluait à 72 ''Kreuzer'', celle de 1559 à 60''Kreuzer''. En 1566, avec la réintroduction du ''Reichsthaler'' à 68 ''Kreutzer'', cette dénomination fut abandonnée.</p> <p class="mw-parser-output" style="text-align: justify;">Au XVII<sup>e</sup> siècle, les accords de Zinna (1667) créèrent un nouveau florin appelé [[Guldener]] valant 2/3 de ''Thaler''. L’année suivante, il fut adopté par les États monétaires de Basse-Alsace. Évalué à 60 ''Kreuzer'', il était taillé à 12 au marc (19,488 g) au titre de 12 Loth (0,750 °/°°).</p> <p class="mw-parser-output" style="text-align: justify;">3. Unité de compte utilisée en Allemagne du sud et valant 60 ''Kreuzer''.</p>
+
Terme désignant à la fois une pièce d’or, une grosse pièce d’argent de même valeur lors de sa création et une unité de compte (le règlement monétaire de 1559 évaluait le florin d’Empire (''Reichsguldiner'') à 60 ''Kreuzer'')&nbsp;:
== <span style="font-size:x-large;">Bibliographie</span> ==
+
 
<p class="mw-parser-output" style="text-align: justify;">SCHRÖTTER (Friedrich Freiherr von), ''Wörterbuch der Münzkunde'', Leipzig, 1930.</p> <p class="mw-parser-output" style="text-align: justify;">GREISSLER (Paul), ''Les systèmes monétaires d’Alsace depuis le Moyen Âge jusqu’en 1870'', Strasbourg, 2011, Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace, coll. « Alsace-Histoire », 5.</p>
+
1. Pièce d’or (en allemand ''Gulden'', en latin ''aureus nummus''). Ce type était une imitation d’une monnaie de Florence (''fiorino''), frappée à partir du milieu du XIII<sup>e</sup> siècle, portant à l’avers une fleur de lys, [[Armoiries|armoirie parlante]] de la ville et, au revers, Jean-Baptiste, son saint patron. Elle pesait alors théoriquement 3,537 g. Dans l’Empire, elle prit le nom de ''Gulden'', déformation de ''goldener Pfennig'' (littéralement&nbsp;: sou d’or). Elle était d’abord évaluée à 60, puis à 72 ''Kreuzer''.
== <span style="font-size:x-large;">Notices connexes</span> ==
+
 
<p class="mw-parser-output" style="text-align: justify;">[[Denier]]</p> <p class="mw-parser-output" style="text-align: justify;">[[Livre]]</p> <p class="mw-parser-output" style="text-align: justify;">[[Monnaie]]</p> <p class="mw-parser-output" style="text-align: justify;">[[Sou]]</p> <p class="mw-parser-output" style="text-align: right;">'''Paul Greissler'''</p>
+
La qualité de ces espèces connut une altération jusqu’à ce que, vers 1550, elles ne contiennent plus que 1,48 g d’or fin. À cette époque, elles étaient concurrencées par un type nouveau, le [[Ducat|ducat]], dont les caractéristiques étaient proches de celles du florin à l’origine. Après la création d’un florin d’argent en 1559, le florin d’or prit, dans l’Empire, le nom de ''Goldgulden''. En 1508, Maximilien autorisa la ville de Strasbourg à en frapper au titre de 18 ½ carats (770,83 °/°°), taillés sur la base de 107&nbsp;pour 1 ½ marc de Cologne (3,278 g). Le [[Landgraviat|landgraviat]], et les Hanau-Lichtenberg en mirent également en circulation.
[[Category:F]][[Category:Monnaie]]
+
 
 +
2. Pièce d’argent, de même valeur de compte que le ''Gulden'' d’or, désignée sous le nom de ''Guldengroschen'' ou ''Thaler''. L’ordonnance monétaire de 1551 l’évaluait à 72 ''Kreuzer'', celle de 1559 à 60''Kreuzer''. En 1566, avec la réintroduction du ''Reichsthaler'' à 68 ''Kreutzer'', cette dénomination fut abandonnée.
 +
 
 +
Au XVII<sup>e</sup> siècle, les accords de Zinna (1667) créèrent un nouveau florin appelé [[Guldener|Guldener]] valant 2/3 de ''Thaler''. L’année suivante, il fut adopté par les États monétaires de Basse-Alsace. Évalué à 60 ''Kreuzer'', il était taillé à 12 au marc (19,488 g) au titre de 12 Loth (0,750 °/°°).
 +
 
 +
3. Unité de compte utilisée en Allemagne du sud et valant 60 ''Kreuzer''.
 +
 
 +
 
 +
== Bibliographie ==
 +
SCHRÖTTER (Friedrich Freiherr von), ''Wörterbuch der Münzkunde'', Leipzig, 1930.
 +
 
 +
GREISSLER (Paul), ''Les systèmes monétaires d’Alsace depuis le Moyen Âge jusqu’en 1870'', Strasbourg, 2011, Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace, coll. «&nbsp;Alsace-Histoire&nbsp;», 5.
 +
 
 +
 
 +
== Notices connexes ==
 +
[[Denier|Denier]]
 +
 
 +
[[Livre|Livre]]
 +
 
 +
[[Monnaie|Monnaie]]
 +
 
 +
[[Sou|Sou]]
 +
 
 +
<p class="mw-parser-output" style="text-align: right">'''Paul Greissler'''
 +
 
 +
 +
[[Category:F]] [[Category:Monnaie]]

Version actuelle datée du 28 septembre 2020 à 12:52

Terme désignant à la fois une pièce d’or, une grosse pièce d’argent de même valeur lors de sa création et une unité de compte (le règlement monétaire de 1559 évaluait le florin d’Empire (Reichsguldiner) à 60 Kreuzer) :

1. Pièce d’or (en allemand Gulden, en latin aureus nummus). Ce type était une imitation d’une monnaie de Florence (fiorino), frappée à partir du milieu du XIIIe siècle, portant à l’avers une fleur de lys, armoirie parlante de la ville et, au revers, Jean-Baptiste, son saint patron. Elle pesait alors théoriquement 3,537 g. Dans l’Empire, elle prit le nom de Gulden, déformation de goldener Pfennig (littéralement : sou d’or). Elle était d’abord évaluée à 60, puis à 72 Kreuzer.

La qualité de ces espèces connut une altération jusqu’à ce que, vers 1550, elles ne contiennent plus que 1,48 g d’or fin. À cette époque, elles étaient concurrencées par un type nouveau, le ducat, dont les caractéristiques étaient proches de celles du florin à l’origine. Après la création d’un florin d’argent en 1559, le florin d’or prit, dans l’Empire, le nom de Goldgulden. En 1508, Maximilien autorisa la ville de Strasbourg à en frapper au titre de 18 ½ carats (770,83 °/°°), taillés sur la base de 107 pour 1 ½ marc de Cologne (3,278 g). Le landgraviat, et les Hanau-Lichtenberg en mirent également en circulation.

2. Pièce d’argent, de même valeur de compte que le Gulden d’or, désignée sous le nom de Guldengroschen ou Thaler. L’ordonnance monétaire de 1551 l’évaluait à 72 Kreuzer, celle de 1559 à 60Kreuzer. En 1566, avec la réintroduction du Reichsthaler à 68 Kreutzer, cette dénomination fut abandonnée.

Au XVIIe siècle, les accords de Zinna (1667) créèrent un nouveau florin appelé Guldener valant 2/3 de Thaler. L’année suivante, il fut adopté par les États monétaires de Basse-Alsace. Évalué à 60 Kreuzer, il était taillé à 12 au marc (19,488 g) au titre de 12 Loth (0,750 °/°°).

3. Unité de compte utilisée en Allemagne du sud et valant 60 Kreuzer.


Bibliographie

SCHRÖTTER (Friedrich Freiherr von), Wörterbuch der Münzkunde, Leipzig, 1930.

GREISSLER (Paul), Les systèmes monétaires d’Alsace depuis le Moyen Âge jusqu’en 1870, Strasbourg, 2011, Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace, coll. « Alsace-Histoire », 5.


Notices connexes

Denier

Livre

Monnaie

Sou

Paul Greissler