Baptême (jeton de -), (médaille de -)

De DHIALSACE
Aller à : navigation, rechercher

Göttelpfennig, Taufpfennig, Taufstück, Klippe

La tradition du jeton de baptême (Handtgiftphenninge) est attestée à Strasbourg aux alentours de 1200 puisqu’on l’interdit alors. Il subsiste de rares jetons de baptême, comme ceux qui ont été frappés, en or et en argent, par l’atelier de Haguenau au début du XVIIe siècle. La tradition existait également à la même époque à Barr, Mulhouse et Wissembourg. Les médailles en argent frappées à Colmar entre 1699 et 1749 portent au revers le nom de la fillette baptisée et celui du parrain ou de la marraine ; certaines comportent une bélière, voire une chaînette de suspension, ce qui prouve qu’elles se portaient. On en a également frappé à Strasbourg, pour des baptêmes protestants.

Bien souvent, parrains et marraines offraient des pièces de monnaie courantes (Goettelgeld, Goetteltaler). Régulièrement des ordonnances rappelaient la valeur limite autorisée pour ces cadeaux.

Ils restaient propriété personnelle de celui ou de celle qui les avait reçus et n’entraient ni dans la communauté de biens en cas de mariage, ni dans la masse successorale des parents en cas de partage.

Sources - Bibliographie

ENGEL (Arthur), LEHR (Ernest), Numismatique de l’Alsace, Paris, 1887, p. 13, n° 119-122, p. 85, n° 101 ; p. 212‑213, n° 573‑573.

HANAUER (Auguste), KLELE (Joseph), éd., Das alte Statutenbuch der Stadt Hagenau, Hagenau, 1900., p. 108.

PFLEGER (Alfred), « Das Stündlein bringt’s Kindlein », Elsassland 18 (1938), p. 118‑120.

BURG (André Marcel), « Les souhaits de baptême catholiques en Alsace », in : Art Populaire d’Alsace, Strasbourg, 1963, p. 111.

LOTZ (François), Les souhaits de baptême d’Alsace, Strasbourg, 1977, p. 10‑12.

Notice connexe

Goettelgeld

Louis Schlaefli