Lumpenglocke : Différence entre versions

De DHIALSACE
Aller à : navigation, rechercher
(Page créée avec « category:L »)
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
[[category:L]]
+
 
 +
''Lumpenglöckel'' (Cloche des ivrognes).
 +
 
 +
Beaucoup de localités possédaient ou possèdent encore des cloches de la retraite ou du couvre-feu, sous des appellations diverses : ''Feierabendglocke'' (Strasbourg, [[Cathédrale_(de_Strasbourg)|cathédrale]], 1692), Abendglocke (Bouxwiller, 1545), ''Nachtglocke'' (Ingwiller, 1486), ''Zehnerglocke'', ''Neunerglocke'' (Saverne, 1634), voire ''Siebenerglocke'' (collégiale Saint-Martin à [[Colmar]], 1573).
 +
 
 +
Le premier ''Stadtrecht'' de Strasbourg (1245-1260) évoque déjà le rôle d’une telle cloche destinée à chasser les clients des auberges : « ''Werden in einem Wirtshause nach der dritten Wachtglocke noch Leute beim Spiel sitzend angetroffen, so zahlt der Wirt ein Pfund Strafe ''» (Fuchs, ''Münster'', p. 403). À Bouxwiller, ordre fut donné par la seigneurie en 1545 de sonner la cloche de la retraite tous les soirs à 20 heures « ''das die leut aus den wirtshäusern gehen möchten'' » (Kieffer, ''Pfarrbuch'', p. 45). La cloche Edel, fondue pour Eschau en 1778, aujourd’hui à Graufthal, porte la mention :
 +
 
 +
SOGLEICH IHR ZU NACHT HOERT MEINEN KLANG
 +
 
 +
SO BEGEBT EUCH NACH HAUS IN FRIEDEN UND OHNE ZWANG (AAS Liasse 497).
 +
 
 +
Mais deux cloches au moins portent le surnom plus expressif de « [[Cloche_des_ivrognes|cloche des ivrognes]] » : ''S’Lumpaglöckel'', le ''Zehnerglöckel'' de Ribeauvillé, fondu par Zacharias Rohr en 1626, logé dans la Tour des Bouchers et la cloche Sainte-Odile (Causard, 1926) du ''Kappelturm'' d’Obernai qui remplace l’ancienne ''Zehnuhrglocke'', ''Lumpenglocke'' ou ''Polizeiglocke'' de1 845 (Ohresser, ''Kapellturm'', p. 100-101), fêlée en 1915 et confisquée en 1917.
 +
 
 +
== Bibliographie ==
 +
 
 +
Archives de l’Archevêché de Strasbourg (AAS), Liasse 497.
 +
 
 +
KIEFER (Ludwig Albert), ''Pfarrbuch der Graffschaft Hanau Lichtenberg'', Strasbourg, 1890, p. 45.
 +
 
 +
FUCHS (Albert), « Die Glocken des Strassburger Münsters », ''Elsässische Monatsschrift für Geschichte und Volkskunde'', 1910, p. 403.
 +
 
 +
OHRESSER Xavier, « L’ancienne Kapellkirche et son clocher : le Kapellturm à Obernai », ''ADBO'' 1970, p. 100-101.
 +
 
 +
== Notices connexes ==
 +
 
 +
[[Cloches_(sonnerie_des)|Cloche (sonneries des)]]
 +
 
 +
[[Cloche_bourgeoise]]
 +
<p class="mw-parser-output" style="text-align: right;">'''Louis Schlaefli'''</p>
 +
[[Category:L]]

Version du 8 janvier 2021 à 23:22

Lumpenglöckel (Cloche des ivrognes).

Beaucoup de localités possédaient ou possèdent encore des cloches de la retraite ou du couvre-feu, sous des appellations diverses : Feierabendglocke (Strasbourg, cathédrale, 1692), Abendglocke (Bouxwiller, 1545), Nachtglocke (Ingwiller, 1486), Zehnerglocke, Neunerglocke (Saverne, 1634), voire Siebenerglocke (collégiale Saint-Martin à Colmar, 1573).

Le premier Stadtrecht de Strasbourg (1245-1260) évoque déjà le rôle d’une telle cloche destinée à chasser les clients des auberges : « Werden in einem Wirtshause nach der dritten Wachtglocke noch Leute beim Spiel sitzend angetroffen, so zahlt der Wirt ein Pfund Strafe » (Fuchs, Münster, p. 403). À Bouxwiller, ordre fut donné par la seigneurie en 1545 de sonner la cloche de la retraite tous les soirs à 20 heures « das die leut aus den wirtshäusern gehen möchten » (Kieffer, Pfarrbuch, p. 45). La cloche Edel, fondue pour Eschau en 1778, aujourd’hui à Graufthal, porte la mention :

SOGLEICH IHR ZU NACHT HOERT MEINEN KLANG

SO BEGEBT EUCH NACH HAUS IN FRIEDEN UND OHNE ZWANG (AAS Liasse 497).

Mais deux cloches au moins portent le surnom plus expressif de « cloche des ivrognes » : S’Lumpaglöckel, le Zehnerglöckel de Ribeauvillé, fondu par Zacharias Rohr en 1626, logé dans la Tour des Bouchers et la cloche Sainte-Odile (Causard, 1926) du Kappelturm d’Obernai qui remplace l’ancienne Zehnuhrglocke, Lumpenglocke ou Polizeiglocke de1 845 (Ohresser, Kapellturm, p. 100-101), fêlée en 1915 et confisquée en 1917.

Bibliographie

Archives de l’Archevêché de Strasbourg (AAS), Liasse 497.

KIEFER (Ludwig Albert), Pfarrbuch der Graffschaft Hanau Lichtenberg, Strasbourg, 1890, p. 45.

FUCHS (Albert), « Die Glocken des Strassburger Münsters », Elsässische Monatsschrift für Geschichte und Volkskunde, 1910, p. 403.

OHRESSER Xavier, « L’ancienne Kapellkirche et son clocher : le Kapellturm à Obernai », ADBO 1970, p. 100-101.

Notices connexes

Cloche (sonneries des)

Cloche_bourgeoise

Louis Schlaefli