Geiler

De DHIALSACE
Révision datée du 4 février 2021 à 10:28 par Mhubert (discussion | contributions) (retrait catégories)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Giler, Bandit, Faussaire, Mendiant, Mendiant professionnel, Mendiant valide, Trompeur

Le nom giler et le verbe qui lui correspond, gilen, semblent avoir un champ sémantique assez large. Gilen peut signifier mendier : … von den frömden armen lùten, die hie gont gylen lenger dann die ordenunge innhaltet (AMS 1MR 28 fo 373) ou encore man soll ouch kein frömbden beteler meh dann ungeverlichen ein tag und nacht lassen in der statt gylen oder betteln (AMS 1AH 1193/III, 1506). Giler peut désigner des mendiants trompeurs qui « empruntent » des enfants pour rendre leur quête plus lucrative et qui devront être punis en conséquence : Wo sich ouch erfunde, das die giler jemans kinde lehen, den oder die sollent die drie ouch stroffen noch ir besten verstendniß (AMS 1MR 28 fo 374). Une décision du Conseil de Strasbourg de 1411 évoque ceux qui ne veulent pas travailler et qui mendient abusivement : wer in dirre stat oder vorstetten müßig got, es sien frowen oder man… und nit umbe lone arbeiten wil… und lieber gilwerk, spilwerk, zipfelwerk und luderige [luderei] nochgat, und besunder… alle luderer, spiler, rippelreiger und riffion… die sol man angrifen und sü an irme libe strofen (HEGEL, Chroniken, II, p. 1029-30).

Au milieu du XVe siècle, ces mendiants avaient une certaine organisation, car la ville nomme un administrateur pour eux. Vers 1455, l’Altammeister Obrecht Schalck est pfleger (administrateur) entre autres des Giler (AMS 1MR 30, p. 140).

Une Gilergasse est citée au XIVe et au XVe siècle à Haguenau, dans la paroisse Saint-Nicolas (AM Haguenau AH 13/6 [1396], et AH 13/57 [1469], in Gilergasse uffm Rode).

Bibliographie

GRIMM,Wörterbuch, s.v. Geiler.

WICKERSHEIMER (Ernest), « Documents pour servir à l’histoire de la police de la mendicité à Strasbourg à la fin du Moyen Âge », Bulletin historique et philologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, Paris, 1921, p. 144-147.

VOLTMER (Rita), « Die Straßburger Betrügnisse und das Verzeichnus der mutwillig[en] betler », Das wichtigste ist der Mensch, Festschrift für Klaus Gerteis, éd. GIEBMEYER (Angela) et SCHUBNEL-SCHÜLE (H.) (Trierer Historische Forschungen 41), Mainz, 2000, p. 501-527.

SCHUBERT (Emil), « „Hausarme Leute“, „starke Bettler“ : Einschränkungen und Umformungen des Almosengedankens um 1400 und um 1500“ », Armut im Mittelalter, éd. OEXLE (Otto Gerhard), (Vorträge & Forschungen 58), 2004, p. 283-347.

Notices connexes

Bettelbrief

Bettelordnung

Bettelvogt

Mendicité

Pauvreté

Élisabeth Clementz