Chaire à prêcher

De DHIALSACE
Aller à : navigation, rechercher

Kanzel

La chaire est le lieu de la prédication. Ce mobilier est apparu avec les ordres mendiants (Dominicains) au XIIIe siècle et au XVe siècle avec la création de postes de prédicateurs. La chaire sculptée la plus connue est celle de la cathédrale de Strasbourg, créée par le sculpteur Hans Hammer en 1485-1486 pour Jean Geiler de Kaysersberg, le plus célèbre prédicateur d’Alsace, pour qui ce poste avait été créé à la cathédrale en 1478 et qui exerça cette fonction jusqu’à sa mort en 1510.

La Réforme accorde à la chaire une position prépondérante. Elle devient le lieu de l’enseignement de la Parole de Dieu. Chez les luthériens, elle est installée très vite dans toutes les petites églises où elle n’existait pas encore ou bien est déplacée à la limite du chœur et de la nef. Elle est accessible par quelques marches ou un escalier et elle est en général recouverte d’un abat-voix sculpté (Himmel ou Schalldeckel), dont l’église Saint-Thomas a un des meilleurs exemples. La chaire de l’église Sainte-Aurélie, à Strasbourg, datée vers 1765 et classée monument historique, comporte un pélican sculpté, symbole du Christ. Chez les réformés, la chaire occupe en général une place plus centrale, surtout dans les nouvelles constructions. La plupart sont en bois, alors que celles en pierre sont assez rares (Hunawihr début du XVIe siècle, Ingwiller de 1617, Lembach du XVIIIe siècle).

Les services de l’Inventaire du Ministère de la culture ont relevé 253 chaires à prêcher dans le Bas-Rhin. Les plus anciennes sont celles de Reutenbourg, une chaire à prêcher extérieure, celles de l’église paroissiale des Augustins de Saverne, et celle de la cathédrale de Strasbourg qui remontent au XVe siècle. Datent du XVIe, les chaires de Wissembourg (Saint-Pierre et Paul), des églises paroissiales de Lauterbourg, Marmoutier, et Sarrewerden, ainsi que celle du temple (église paroissiale) de Barr. Les chaires des paroisses protestantes de Strasbourg (Saint-Guillaume, Saint-Nicolas, Sainte-Aurélie) remontent au XVIIe siècle, contemporaines des chaires des églises paroissiales des églises d’Erckartswiller, Erstein, Roppenheim et Saint-Georges de Sélestat. 257 chaires ont fait l’objet d’un relevé dans le Haut-Rhin. La plus ancienne est la célèbre chaire à prêcher extérieure de Rouffach (XIIIe siècle), alors que la chaire à prêcher extérieure de Bergoltzzell date du XVIe siècle. Les chaires situées dans les églises les plus anciennes datent du XVIIe siècle ; ainsi celles de Bréchaumont, Saint-Thiébaut de Thann, et de Hattstatt, ainsi que les deux chaires des temples protestants d’Illzach et de Sainte-Marie-aux-Mines. Le nombre de chaires du XVIIIe n’est pas négligeable, mais la grande majorité des chaires alsaciennes analysées datent du XIXe et du XXe siècle. Il est vraisemblable ici aussi, que ces nouvelles chaires aient remplacé des chaires plus anciennes, mais qu’on estimait ne plus convenir (Base Palissy du Ministère de la Culture).

 

Bibliographie

VOGLER (Bernard), Vie religieuse en pays rhénan dans la seconde moitié du XVIe siècle, Lille, I, 1974, p. 573-574.

KOCH (Gustave) et LIENHARD (Marc),Les protestants d’Alsace : du vécu au visible, Strasbourg et Wettolsheim, 1985, p. 82-83.

POSCHARSKY (Peter), « Kanzel », TRE, 17, 1988, p. 599-604.

 

Notices connexes

Cathédrale (de Strasbourg)

Prédication

Bernard Vogler